Commune de Varennes-le-Grand

Site officiel de la Commune de Varennes-le-Grand


Varennes au temps de nos aïeux

VARENNES a la chance de posséder une « machine à remonter le temps »... 

En effet notre village a conservé, notamment, un très ancien, important et riche fonds d'archives antérieures à la Révolution.

Elles nous permettent de revivre des événements de la vie de notre ancienne communauté, qui faute d'écrits parvenus jusqu'à nous, auraient été rapidement oubliés.

Ces archives, qui ont pris aujourd’hui leur dimension « historique », ont été, pendant tout l’ancien régime et même encore au XIXéme siècle, pour nos ancêtres, un outil d’actualité permanente puisqu’il leur a servi à justifier de leurs droits, dans la kyrielle des procès qu’ils ont eu à soutenir contre ceux qui les usurpaient ou les contestaient. C’est dire qu’elles ont, maintes fois, été consultées et donc manipulées, ce dont témoignent l’état de vétusté de certains documents qui mériteraient restauration…

Il ne faut cependant pas penser que ces archives nous donnent une vision immédiate de la vie de tous les jours de nos ancêtres, bien qu'à travers elles, on puisse en découvrir certains aspects. Leur objet, comme on vient de le dire, était tout autre : c'était essentiellement de fixer les droits de la collectivité des habitants.

C'est pourquoi ces archives consistent essentiellement en deux types de documents ; soit des écrits émanant d'une autorité, parfois le Roi lui-même, lorsque des droits étaient conférés à la communauté, soit des pièces de procédure et des jugements, quand, à l’occasion de procès, ces droits faisaient l’objet de contestation.

L’étude des archives anciennes, entreprise naguère par l’auteur des présentes lignes, abandonnée par manque de temps mais reprise aujourd’hui, lui permet de présenter deux histoires qui illustrent deux moments de l’ancienne vie collective locale.

Ces deux histoires ne constituent évidemment pas une étude exhaustive des archives anciennes mais donnent un assez bon exemple du type des documents conservés.

François GUILLERMIN